Quand inondation rime avec préoccupation

30/08/2021

Après les évènements de ces dernières semaines, de plus en plus de candidats-acquéreurs sont particulièrement attentifs aux risques d’inondation.

En tant que vendeur, quelles sont les informations à fournir ?

Il est primordial de renseigner le candidat-acquéreur sur les zones à risque.
Une cartographie des zones dites à aléa d’inondation est disponible en ligne. Pour la Wallonie, vous trouverez toutes les informations sur : http://geoapps.wallonie.be/inondations

Cette carte représente les zones d’aléa d’inondation par débordement des cours d’eau et par ruissellement, les classant du risque très faible (en vert) au risque élevé (en rouge).

Il est important que ces informations figurent tant dans le compromis que dans l’acte authentique ; ainsi l’acquéreur est parfaitement informé de la situation et le vendeur ne peut être tenu responsable. 

Quelles sont les conséquences si le bien est situé en zone inondable ?

D’une part, cela a une répercussion sur la police d’assurance incendie ; les assureurs peuvent exiger une prime plus élevée, voire refuser de couvrir les dommages causés par les inondations.

D’autre part, le risque d’inondation peut être une raison de se voir refuser un permis de bâtir ou éventuellement de devoir se soumettre à des conditions strictes de construction.  

Quel est notre conseil pour se prémunir ?

Aujourd’hui plus que jamais, que vous soyez dans une zone à risque ou pas, nous vous conseillons de revoir votre contrat d’assurance ; votre propriété est-elle « correctement » assurée ? La valeur correspond-elle à la réalité ? Est-ce que vos aménagements extérieurs (terrasse, plantations, …) seront pris en considération si un sinistre survient ? …

Pour conclure, nous vous partageons une petite citation :

« Dans tous les cas, l’espérance mène plus loin que la crainte » Ernst Jünger